NOTRE ACTIVITÉ

On se gèle dehors est une association loi 1901 œuvrant depuis décembre 2013 dans le domaine de l’action sociale. Nous apportons à Marseille une aide matérielle d’urgence à toutes les précarités, notamment aux sans-abris.

Le mouvement de rue est spécialisé dans la distribution mobile de vêtements. Des produits alimentaires et de première nécessité sont aussi proposés, grâce à la participation de commerçants. Les liens créés lors des tournées constituent un soutien indispensable aux personnes en grande fragilité.

Notre association est une arme de construction massive. Nous réparons ce qui a été défait. Nous bâtissons une solidarité de proximité. Nous apaisons des besoins en offrant des biens, mais nous resserrons aussi les liens. Nous sommes Marseillais, et nous sommes rassemblés pour faire vivre la fraternité.

 

NOTRE ÉQUIPE :

Plus de 150 Marseillais sont rassemblés en communauté contre la grande pauvreté. Trois bénévoles pilotes (Aïcha, Cécylia & Pascal) animent des groupes de maraude autonomes.

PAROLES DE BÉNÉVOLES :

Daniel / Président : “Ma priorité : accompagner les plus démunis, tout faire pour qu’ils retrouvent la joie de vivre !”

Aïcha / Trésorière : “Passer de l’indignation à l’action citoyenne et solidaire.”

Cécylia / Secrétaire : “En tant que bénévole, l’association “On se gèle dehors” est une belle expérience de solidarité, créatrice de liens sincères pour que tous se sentent plus vivants. N’hésitez pas à venir la partager avec nous.”

LE CONTEXTE MARSEILLAIS

Le territoire marseillais est marqué par de fortes inégalités. Les catégories sociales défavorisées y sont surreprésentées. Un quart des habitants vit en dessous du seuil de pauvreté. La tendance est particulièrement dégradée dans le centre-ville et dans les quartiers Nord. Presque la moitié de la population (44%) est pauvre dans 4 arrondissements (1er, 2e, 14e, 15e). Et 55% dans le 3e arrondissement: c’est le quartier le plus pauvre de France.

 

Daniel Jacquin – Notre histoire :

En décembre 2013, Georgia une amie, décide de donner de la soupe aux pauvresd’agir dans le centre-ville de Marseille, contre la misère. Je soutiens son initiative et m’engage immédiatement à ses côtés, en donnant des vêtements. Ma tactique : répartir massivement chez les commerçants du quartier des “Chutes-Lavie” des prospectus élaborés avec de très petits moyens. La pharmacie “Zorah”, la boucherie “Michel” et la boulangerie “PPV” sont les premiers à répondre présents, l’aventure est lancée dans l’humilité et la solidarité.

Nous sommes encore aujourd’hui, très proches du quartier où l’association “On se gèle dehors” est née. Nous aidons régulièrement, des familles très démunies, en leur fournissant gratuitement, des denrées alimentaires, en partageant notre bonne humeur, en privilégiant l’écoute. Grâce à l’amplitude et le sérieux de tous nos bénévoles, nous sommes à ce jour, présents dans tous les arrondissements de Marseille.

La récurrence de notre maraude du samedi après-midi et des mercredis soir, nous permet de coller à une réalité implaccable : situation des réfugiés déprimante, absence des structures de première hygiène, places trop limitées dans les centres d’hébergement, accès au logement toujours plus difficile, pratiques inadmissibles dans les centres de rétention, multiplication du mobilier urbain anti-SDF (forte inclinaison des bancs publics, individualisation des assises), “Banc de Camden”, “Appui ischiatique” ou “banc assis-debout”, confortent notre engagement : nous sommes plus déterminés que jamais et le terrain est devenu notre priorité quotidienne.